Mentions légales.

 

Itinéraire BIS éditions est une société créée sous le statut de la Micro-entreprise.

 

SIRET : 853 238 178 00018

 

CONTACT :

itinérairebiseditions@yahoo.com

Itinéraire BIS éditions

21 rue de  la Clouère

86000 Poitiers

UA-156576617-1

Comment ça marche ?

Nos Conseils 

STOP aux stops coulés !

Voilà bien une calamité que nous pouvons vous éviter, les stops coulés.


Pour avoir accompagné des centaines d’élèves en examen et entendu les témoignages multiples de mes collègues le stop coulé est une erreur récurrente qui se produit, sinon un nombre incalculable de fois tout au moins très, trop, fréquemment. 


Je ne suis pas sur que des statistiques existent vraiment à ce sujet mais il est certain que les compte-rendus de permis ou l’enseignant explique à son élève que, « bon, tu sais le stop à tel endroit, tu ne t’es pas vraiment arrêté et je pense que c’est à cause de cela que tu n’a pas ton permis » … sont hélas monnaie courante.


Glissé, coulé, légèrement dépassé … peu importe le vocable utilisé, le franchissement d’un stop sans arrêt franc est bien entendu une erreur éliminatoire. N’oublions pas non plus qu’une telle faute sur la route peut avoir des conséquences dramatiques et que la sanction peut vous faire perdre 4 points d’un coup et coûte accessoirement 135 € !


Alors nous le savons, les élèves le disent d’ailleurs souvent, ils ne s’en étaient pas rendus compte et avaient eu l’impression de s’arrêter. L’impression, oui mais seulement l’impression et c’est là un problème que nous allons nous efforcer de régler avec quelques conseils simples.


1 - Une fois arrêté sur ma ligne d’effet j’appuie fermement sur ma pédale de frein.


2 - Je compte au minimum 2 secondes dans ma tête. Pour cela j’utilise la même technique que pour calculer mes distances de sécurité avec un mot de 3 syllabes répété 2 fois minimum. Le fameux CRO - CO - DILE, l’indispensable croco qui vient à la rescousse.


3 - pendant que je compte je commence à observer à gauche puis à droite et si la route est dégagée je franchi mon stop.


Enfantin me direz vous, oui, certes mais si vous saviez - encore une fois je n’ai pas de statistiques à fournir - le nombre de fois ou un permis est refusé pour cette erreur grossière vous l’appliquerez sans discuter.

 

UN CRO - CO - DILE, DEUX CRO - CO - DILES, TROIS CRO - CO - DILES ….


On peut le faire avec des alligators, ça donne une syllabe de plus !

 

Bonne route.

 

François Nossent

Conseil N° 4

 

Préparer son examen en amont !

 

Chaque examen est un challenge, que ce soit le brevet, la baccalauréat ou n’importe quel diplôme, ils demandent tous des efforts sur la durée mais aussi à court terme. Plus on approche d’une date fatidique plus le stress monte, on se persuade vite de ne plus rien savoir et on peut même aller jusqu’à se dévaloriser au point parfois  de se mettre en position d’échouer alors même que nous avons tous les atouts nécessaires dans notre poche.


Tout le monde est passé par ces phases qui sont parfois assez pénibles et en cas d’échec viendra bien vite le fameux « je vous l’avais bien dit ! ».


On ne peut pas remédier à tout, il y a forcément des impondérables lors d’un examen. Au permis ce peut être une situation inconnue qui entraîne une mauvaise réaction de votre part. N’oubliez pas que vous êtes de jeunes conducteurs et le manque d’expérience joue forcément en votre défaveur. Dans l’ensemble les parcours et les lieux où vous passerez votre examen vous sont connus. 


Préparer son examen de conduite proprement dit, c’est votre auto-école qui s’en charge, et en règle générale elles connait son travail sur le bout des doigts, faite lui confiance.


Vous, de votre côté vous pouvez agir sur d’autres leviers que nous allons lister.


1. Il faut que vous gériez l’aspect administratif qui vous incombe. Vous devez vous assurer que tous les documents qui vous seront demandés soient prêts et à disposition. Chaque cas étant différent (en règle générale une pièce d’identité à jour et le livret de suivi suffisent), je vous recommande de vous renseigner très tôt auprès de votre AE afin de régler tout problème éventuel. 

 

2. La veille du permis mettez soigneusement de côté vos documents de façon à être certain de ne pas les oublier. Une astuce, si vous pensez être tête en l’air - je sais c’est paradoxal - , posez vos documents tout simplement en évidence accrochés dans un sac à la poignée de votre porte d’entrée. C’est une astuce parmi d’autres, vous en avez sûrement certaines en tête.


3. On est jamais trop prudent et deux réveils valent mieux qu’un ! Le radio réveil et le smartphone devraient suffire.

 

4. On essai de ne pas se coucher trop tard ou tout au moins à l’heure habituelle, il faut préserver son rythme naturel de vie et de sommeil.

 

5. On évite les sorties la veille de l’examen et même les jours qui précèdent histoire de ne pas arriver avec un compteur à gaz dans le crâne au moment de prendre le volant.

 

6. On peut aller jusqu’à préparer les vêtements que l’on portera le jour J. De ce point de vue soyez simples et mettez ceux dans lesquels vous vous sentez bien habituellement, ce n’est pas un concours de top-modèles.

 

7. Même si on a pas très faim, pour ceux qui passe le matin, prenez un petit déjeuner, même léger. Partir complètement à jeun n’est jamais une bonne chose. Rien n’empêche d’emmener une barre de céréales avec soi, cela peut être tout simplement réconfortant.

 

Voilà pour l’essentiel, pour le reste, c’est à dire la conduite, faite vous confiance, si on vous à donné une date d’examen c’est qu’on estime que vous êtes prêt alors allez y sourire aux lèvres !

 

Bonne route.

 

François Nossent

Conseil N° 3

 

La conduite sur parking, quelle angoisse ! 

 

Par expérience et pour avoir vu les élèves en permis de nombreuses fois, conduire sur un parking demeure un challenge supplémentaire durant l'examen pratique.

 

Les examinateurs sont coutumiers du fait, à raison, d'amener le prétendant au permis sur un terrain de circulation particulier comme un parking de supermarché. Déjà stressé par la conduite certains se mettent à paniquer car d'un coup confrontés à une multitude d'informations à devoir gérer.

 

Quelques conseils devraient vous permettre d'appréhender plus facilement cet obstacle :

 

1. Les parkings n'échappent pas aux règles communes du code de la route.

 

2. On reste au top en ce qui concerne l'usage des clignotants. Chaque changement de direction, chaque arrêt, chaque manoeuvre doit être accompagné d'un usage parfait des clignotants. On est jamais absolument seul sur la route et sur un parking les usagers sont nombreux, vous devez donc les informer de vos intentions.

 

3. La vitesse y est forcément limitée. Certaines enseignes font installer des panneaux de limitation de vitesse, ce qui est rare en vérité. C'est bien souvent au conducteur d'adapter son allure. En règle générale on ne dépasse guère les 10 km/h, on roule "au pas", c'est à dire à la vitesse d'un piéton, rien de plus logique. Les piétons y sont extrêmement présents, enfants, employés, pousseurs de caddies, personnes âgées ou familles entières fréquentent forcément ces lieux. Cet élément doit être intégralement intégré par le conducteur qui se doit d'être d'une extrême vigilance dans ce cadre particulier.

 

4. On oublie pas une règle de base : le piéton est toujours prioritaire ! 

 

5. Les règles de priorités sont les mêmes que sur la route, soyez donc très observateurs en pénétrant sur un parking. La priorité à droite reste la règle la plupart du temps mais on voit de plus en plus souvent des bandes d'effet de stop et les panneaux afférents. Les ronds-points et les sens giratoires sont aussi présents bien entendu, tous vos voyants doivent donc être activés.

 

6. On surveille aussi les autres véhicules autour de soi. En circulant dans les allées on regarde les feux-stop, les feux de marche arrière et  les clignotants des autres voitures. Une fumée sortant d'un pot d'échappement peut être aussi un bon indicateur de ce qu'est en train de faire un véhicule. On doit aussi être à l'affût du comportement des autres conducteurs et regarder ce qui se passe dans un habitacle est très important. Echanger un regard, faire un geste pour communiquer avec les autres, remercier quelqu'un qui vous laisse passer sont des éléments important de votre savoir être en tant que conducteur.

 

7. Stationner est souvent demandé par l'inspecteur dans ce moment crucial. Vous avez appris à manoeuvrer et les stationnements sur parking se font souvent en bataille arrière ou avant. Maîtriser sont arrêt avant d'entamer sa manoeuvre est primordial, on oublie surtout pas ses clignotants. On devient hyper vigilant à ce qui se passe autour de soi et si on doit sortir d'une place en marche arrière on oublie surtout pas la vision directe.

 

 

Bonne route.

 

 

 

François Nossent

Conseil N° 2

 

Avez-vous droit aux lunettes de soleil le jour du permis  ? 

 

Le jour du permis tout est autorisé, ou presque, en ce qui concerne votre confort de conduite.
Au moment de votre inscription il vous a été demandé si vous étiez porteur de verres correcteurs, mentions qui figurera sur votre permis de conduire. Si tel est le cas vous devez être porteur de vos lunettes le jour de l'examen ce qui est on ne peux plus logique. L'examinateur peux être amené à vous demander de porter vos lunettes si cela figure dans votre dossier.

 

Pour ce qui est des lunettes de soleil, elle sont bien entendu autorisées, fort heureusement. Que vous soyez équipés de verres adaptés ou que vous n'en ayez pas besoin, des lunettes vous protégeant des rayonnements solaires peuvent être très utiles.

 

On mettra deux bémols cependant à cette introduction :

 

1 - Durant vos leçons vous avez pu être amené à conduire avec cet équipement, en général les enseignants n'y voient pas d'objection. Leur seul demande sera que vous marquiez bien vos contrôles rétroviseurs par un petit mouvement de tête que de toute façon vous devez effectuer afin de voir correctement dans les petites lucarnes. En effet il vous a été dit qu'un simple coup du coin de l'oeil est insuffisant et qu'une vision directe est toujours préférable, sécurité oblige.
Le jour de l'examen  il en sera de même, il vous faudra appuyer correctement vos regards de façon à ce que l'inspecteur (ou l'expert) n'ai aucun doute sur ce que vous regardez.

 

2 - Le manque d'habitude risque de vous nuire. Si vous n'avez jamais porté de protections contre le soleil vous risquez d'être déstabilisé au moment de prendre le volant. Le port de verres modifiant un tant soit peu votre vision peut vous perturber et vous faire perdre votre concentration ou vos repaires. 
Donc, pour conclure c'est un OUI MAIS, à vous de déterminer en fonction de votre expérience si les lunettes de soleil vous seront utiles ou non.

 

Dernières remarques, les lunettes noires peuvent être un rempart à la  timidité, vous vous sentirez protégés en les portant et cela vous peut donner une certaine assurance.
A contrario elle peuvent aussi être un obstacle à une bonne communication, le regard est en effet un élément important du langage non verbal et le fait pour votre interlocuteur de ne pas voir vos yeux risque d'être mal interprété, cela peut être jugé comme offensant, méprisant, marquant l'indifférence ou même l'agressivité. 
 
Attention donc a l'ensemble de votre comportement et n'oubliez pas votre sourire.
 
Bonne route.

                                                                                                                                                                                                                                                    François Nossent

Conseil N° 1

 

Trop de stress nuit au permis  ! 

 

Le stress, nous l'avons tous vécu, est un élément perturbateur de notre quotidien, dans cette période mouvementée encore plus très probablement. Alors que dire quand il intervient lors d'évènements importants de notre vie, en particulier au moment de passer son permis de conduire ? Les sueurs froides accompagnent bien souvent le candidat qui met beaucoup d'enjeux dans cette épreuve.
Comment ignorer les enjeux en effet ? Qui n'est pas confronté à de multiples questions alors que se profile le si redouté examen de conduite.


Le permis est parfois important dans la vie professionnelle et trouver un emploi est souvent mis en parallèle avec l'obtention du fameux sésame.


On peu certes s'en passer dans certaines circonstances, lorsque l'employeur se trouve à proximité de son domicile par exemple, dans le cadre du télétravail également. Dans sa ville on peut aussi se déplacer à pied, à vélo ou en transport en commun, se faire accompagner par un proche au pire.


Lorsque les distances s'allongent les solutions se raréfient. Près de chez soi on peut trouver une  solution, au delà de quelques kilomètres tout se complique et avoir son permis devient indispensable.
Ce n'est parfois pas le seul enjeu, il demeure cependant le principal, et on peut comprendre qu'un employeur puisse vouloir quelqu'un de disponible et mobile.
 
Alors, comment, le jour J éviter d'y penser. On ne peut pas ignorer se facteur et il va falloir relativiser.
Pensez tout d'abord que tout votre avenir ne dépend pas de ce seul examen.


Sachez aussi que les statistiques sont en faveur des candidats. Certes le taux de réussite ne semble pas extraordinaire mais avec environ 58 % il demeure un bon indicateur de ce qui vous attend. Dites vous bien que vous aurez toujours plus de chances d'obtenir votre permis que d'échouer et ça c'est positif.

 

Alors sachez être philosophe et partez du bon pied !

 

Bonne route.

 

                                                                                                                                                                                                                                                  François Nossent